La vie du port

Plus d'informations
il y a 2 mois 5 jours #314 par glenan
glenan créé le sujet : La vie du port
Mouillages écologiques. Fouesnant puissance 12 ( 18 avril le Télégramme)



Fouesnant avait annoncé, en mars, l'installation de 12 mouillages innovants dans ses zones portuaires de Beg-Meil et des Glénan. Jeudi, l'Agence française pour la biodiversité a réalisé un premier constat dans l'archipel, avant la mise en place effective de ces mouillages synthétiques expérimentaux.
L'installation de ces lignes de remplacement, censées éviter le ragage des fonds, est confiée à une entreprise de travaux sous-marins. Le suivi technique sera assuré par la capitainerie de Fouesnant. Le coût est sensiblement supérieur à un mouillage classique (Plus de 20.000 € HT les douze montages). Mais, nonobstant l'aspect écologique, la municipalité espère une réduction notoire des manipulations. « On pourra peut-être les laisser à poste toute l'année », spécule le maire de Fouesnant, Roger Le Goff. Et ainsi éviter les manipulations avant et après saison.

Zostères impactées par les mouillages classiques


En sa qualité d'opérateur « Natura 2.000 », l'Agence française pour la biodiversité (ex-Agence des aires marines protégées) est en charge du suivi écologique de cet équipement innovant porté par la société Concarnoise « Ino Rope », spécialisée dans le matelotage, l'accastillage et le cordage synthétique. Cette start-up a été créée en 2013 par Thibault Reinhart, ingénieur et architecte naval et Julien Barnet. Les deux chefs d'entreprise se sont fait connaître en créant « l'inoblock », une poulie révolutionnaire que l'on retrouve aujourd'hui sur les voiliers de course.

Cette fois, leur système de mouillage écologique tient en l'installation d'une bouée « subsurface » qui doit permettre de soulever la ligne et donc n'avoir aucun impact sur le fond marin.


Cécile Gicquel, chargée de mission Natura 2000 Finistère et Côtes-d'Armor, suit tout cela de près : « Nous venons en appui de la mairie de Fouesnant pour la protection des habitats marins. Particulièrement pour des herbiers de zostères, largement impactés par les mouillages dits classiques ».

Avec son équipage composé de Mickaël Buanic et des plongeurs Yanis Turpin et Livier Schweyer, elle a procédé, jeudi, à un état zéro. « On regarde la densité du nombre de pieds jusqu'à 5 m autour du mouillage pris sur la ligne mère existante », détaille-t-elle. Après des contrôles réguliers, un premier bilan sera dressé à l'automne.

« Concilier gestion portuaire et Natura 2000 »


Évidemment favorable à cette initiative, Cécile Gicquel en conteste pourtant la primeur du côté des Glénan. « Ce système a déjà été testé par d'autres sociétés dans le Parc d'Iroise, à Plougonvelin, Douarnenez et Morgat, depuis 2011. Les municipalités répondent à la pression imposée par l'État dans la délivrance des Autorisations d'occupations temporaires (AOT) dans toutes les zones de mouillages avec herbiers ». Cécile Gicquel concède néanmoins qu'il est impossible de tout maîtriser. « L'herbier est très mobile ». Elle reste optimiste.

« Nous avons des retours sur l'île Tristan où nous avons constaté que ces mouillages innovants sont moins impactants que les mouillages traditionnels ». Autour des corps-morts en effet, le rayon d'action de la chaîne détruit toutes les espèces vivantes, algues, coquillages, oeufs, alevins... Cécile Gicquel loue également la « volonté locale de régulariser, d'aller de l'avant, de concilier la gestion portuaire et Natura 2000 ».
Pièces jointes :

Please Connexion or Créer un compte to join the conversation.

Temps de génération de la page : 0.389 secondes
Propulsé par Kunena